Quantcast

La forêt de Fontainebleau s'est retrouvée avec l'équivalent de 400 baignoires de déchets sauvages ce lundi

Par Timothé G.| 1 743 partages

Les dépôts sauvages continuent de faire des dégâts. Près de 50 mètres cubes d’ordures ont été retrouvés lundi dernier, dans la forêt de Fontainebleau, en Seine-et-Marne. Une scène malheureuse, mais qui reste pour le moins fréquente depuis plusieurs années.

C’est la responsable de l’accueil du public sur la forêt de Fontainebleau, Gaétane Hay, qui est tombée sur l’équivalent de 400 baignoires de sacs-poubelles.

Comme elle le souligne à BFMTV, ces dépôts sauvages sont récurrents : « On a habituellement 400 dépôts par an. Mais normalement on a un sac, un WC, une armoire, un tas de gravats. Là, en une fois, j’ai l’équivalent de ce que j’ai en une demi-année d’ordures ménagères ».

Cette pollution exaspère les promeneurs qui passent par là et se trouvent nez à nez avec des ordures, dans une zone qui n’est pas censée en contenir. Certains promeneurs ont d’ailleurs alerté l’Office National des Forêts (ONF) pour exprimer leur désarroi.

« Ça m’a fait un choc et un dégoût profond, il n’y a pas de mots pour décrire tout ça. Malheureusement, ça arrive assez souvent », exprime Thomas à ce sujet.

Crédit photo : @peguillain / Twitter

En ce qui concerne les auteurs de ce dépôt sauvage, les recherches ont d’ores et déjà commencé. « On s’est tout de suite rendu sur place pour identifier la nature du dépôt. Ensuite, on est allé chercher les pièces qui peuvent nous permettre d’identifier les coupables », comme l’explique Gaétane Hay .

Pour cet acte, les responsables risquent jusqu’à 75 000€ d’amende et 2 ans de prison.

L’ONF a fait appel à un service de collecte des ordures afin de nettoyer le site, les déchets doivent être évacués ce mercredi.

Ce qui n’est pas sans rappeler l’étude publiée par l’Ipsos la semaine dernière. Celle-ci indique que plus d’un Français sur trois jette ses déchets en dehors de sa voiture, sur la route des vacances.

Le rejet de déchets est un véritable fléau aujourd’hui. En 2016, cela correspondait à 63 000 tonnes d’ordures en France qui se retrouvaient dans la nature. Hier, le maire de Signes, dans le Var, est décédé après avoir été percuté par une camionnette qui déchargeait des déchets illégaux dans la nature. Il venait tout juste de demander aux occupants du véhicule d'enlever les gravats abandonnés.

Source : BFMTV
Partager sur Facebook