Quantcast

Un braconnier récidiviste condamné à regarder Bambi une fois par mois en prison

Par Jérémy B.| 11 906 partages

En voilà une sentence originale ! Un juge de l’Etat du Missouri, aux Etats-Unis, a condamné un braconnier à une année de prison ferme, durant laquelle il devra regarder Bambi une fois par mois.

Qui n’a jamais lâché une petite larme, voire un torrent de sanglots, en voyant Bambi perdre sa mère, tué par un chasseur ? Faites pas les fiers, on vous voit… Cette douce émotion que provoque cette scène pourrait-elle amener un chasseur de trophées à se repentir ?

C’est ce qu’espère en tout cas le magistrat Robert George, officiant dans l’Etat du Missouri, qui a tenté de sortir des sentiers battus en prononçant une peine originale à l’encontre d’un braconnier américain, David Berry.

L’homme a été reconnu coupable de braconnage illégal, soupçonné, avec sa famille, d’avoir tué des centaines de cervidés sur une période de trois ans. Le procureur du comté de Lawrence, Don Trotter, a expliqué que « les cervidés étaient des trophées mâles tués de façon illégale, principalement la nuit, pour leur tête, le reste de la dépouille étant abandonné sur place ».

Disney

À l’issue d’une enquête officiellement qualifiée de « l’une des plus importante menées dans l’Etat en matière de braconnage », le juge a donc condamné le chasseur de trophées à un an de prison ferme. Mais pas seulement… En effet, il a également été condamné à regarder le film Disney, Bambi, au moins une fois par mois durant sa période d’incarcération.

Selon le juge, cité par le journal local « Springfield News-Leader », le premier visionnage devrait se dérouler avant le 23 décembre, et devra être suivi « d’au moins un autre visionnage lors de chacun des mois consécutifs de l’incarcération du prévenu ».

On verra si le chasseur de trophées restera insensible à Bambi, mais en tout cas, cette peine a le mérite d’être originale. Et qui sait, peut-être que David Berry deviendra un grand écologiste végan à sa sortie de prison.

La fonte des glaces du Groenland donne l'impression que les chiens de traîneau courent sur l'eau
Partager sur Facebook