Quantcast

Inséparables : Ce chien, ce chat et ce rat ne peuvent plus vivre les uns sans les autres après avoir été habitués à partager la même pièce dans un refuge pour animaux

Par Salomé Baudino|

L’heure est à la revue des expressions surannées : il est dorénavant prouvé que « s’entendre comme chien et chat » est une bonne chose. Et même, s’entendre comme chat et chien ET rat. Explications.

 

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/

Lorsque l’Oshkosh Area Humane Society dit « l’OAHS », un refuge d’animaux au sud de l’état du Wisconsin (« États-Unis »), s’est vu dans l’obligation de réviser son budget, il s’agissait d’être créatifs afin de pouvoir continuer à accueillir des animaux :

 

« Les propriétaires (du chat, du chien et le rat, ndlr) devaient réduire leur espace d’habitation, il était donc impossible pour eux de garder leurs animaux » a expliqué Cheryl Rosenthal, la coordinatrice de l’éducation et de la communication au sein de l’OAHS, au site The Dodo.

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/


Réticent, de prime abord, à l’idée de faire partager à Sasha (le chien), Jack (le chat) et Tweaks (le rat) le même espace de vie, le refuge s’est peu à peu laissé séduire par l’idée d’un avenir commun pour les trois bêtes à poils :

 

« Nous devions vérifier que les vaccins de Jack étaient bien à jour et effectuer une batterie de tests médicaux, mais le chat s’est subitement tendu. Il est devenu drôlement effrayé, et pas du tout coopératif. Alors l’un de nos employés a décidé de laisser rentrer le chien, et le résultat a été incroyable. À la minute où le chien est entré dans la salle, le chat s’est métamorphosé. Il est subitement devenu beaucoup plus zen ».

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/


Émerveillés par le résultat plus que positif que l’arrivée du chien a eu sur Jack, les employés du refuge ont rapidement émis une autre suggestion :

 

« On a pensé qu’il était peut-être une bonne chose d’impliquer Tweaks, le rat, dans le « foyer » de Jack et Sasha, et visiblement, il s’agissait d’une vraie bonne idée : aussitôt après que Tweaks ait fait son entrée, il s’est jeté sur Sasha, a commencé à lécher le chien qui s’est empressé de lui rendre ses léchouilles. Je me suis dit ‘OK, ils sont vraiment amis’ ».

 

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/


« Le chat était en train de dormir, alors Tweaks s’est simplement glissé sous la patte de Jack, pour se blottir sous ses coussinets, comme s’ils étaient les meilleurs amis du monde. »

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/

 

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/


Partage de nourriture, démonstrations d’affection, la symbiose au sein du trio est rapidement devenue une pastille de bonheur quotidienne pour l’équipe de l’OAHS, presque triste de devoir les remettre sur le « marché » de l’adoption :

 

« Kathy Berens et sa fille avaient déjà adopté un chat chez nous et étaient à la recherche d’un nouveau félin mais aussi d’un chien. Alors lorsque Kathy nous a entendus évoquer les relations fusionnelles liant Tweaks, Sasha et Jack, elle a immédiatement pensé qu’ils avaient le potentiel de s’intégrer à leur famille »

Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/


Crédit photo : www.facebook.com/OshkoshAreaHumaneSociety/

Peu friande des rongeurs, Kathy a cependant émis quelques hésitations : « Elle n’était pas vraiment sûre par rapport au rat. Une réaction usuelle pour les gens, habituellement réticents à adopter un rongeur. »

 

Heureuse d’avoir mis de côté ses aprioris, Kathy s’était empressé de déclarer : « Je suis tellement heureuse de l’avoir rencontré, après l’avoir tenu dans mes bras, et témoigner de son affection, c’est vraiment difficile de ne pas l’aimer »


Venez en aide au refuge par le biais de leur site internet.

Source : www.thedodo.com
75 ans après le Débarquement en Normandie, ce vétéran américain refait un saut en parachute
Partager sur Facebook