Quantcast

Expliquer la dépression grâce à la photographie surréaliste : c'est la mission que s'est donnée cette artiste de talent

Par Salomé Baudino| 721 partages

Dire ce qui ne s’explique pas avec les mots, expliquer ce qui ne s’enseigne pas avec les gestes, c’est la mission que s'est donnée Janelia Mould, de son nom d’artiste « Cheeky Ingelosi », une jeune femme sud-africaine qui illustre par le biais de sa série photographique Melancholy – A Girl Called Depression (« melancholy – une fille nommée dépression » ndlr) ce que signifie, réellement, « être dépressif ».

 

Crédit photo : Cheeky Ingelosi

 

Revenue à ses premières amours après avoir pratiqué la comptabilité (elle avait reçu sa première caméra à l’âge de 11 ans), c’est donc naturellement que Janelia et son urgence de s’exprimer artistiquement se sont tournées vers l’objectif. De toute façon, elle ne savait « ni manier ni les crayons, ni les pinceaux » confie la photographe au site My Modern Met.

  

Vous vous demandez où sont passés les membres et la tête des protagonistes au centre de ses photos ? Janelia explique qu’il s’agit de faire comprendre à ses spectateurs l’étrange vide intérieur que peuvent ressentir les individus atteints de la maladie.

 

Une réelle thérapie pour l’artiste un brin surréaliste, et qui dénote cependant d’une approche plus ou moins objective : « J’ai volontairement retiré les membres et les têtes des photos car je voulais donner un aperçu sincère des ressentis qu'éprouvent les gens atteints de dépression, dont j’ai moi-même souffert. Si ces photographies aident les gens à comprendre de manière moins superficielle les maladies mentales, alors j’aurai tout gagné. »

 

Voici ses réalisations les plus parlantes :

Crédit photo : Cheeky Ingelosi

Crédit photo : Cheeky Ingelosi

Crédit photo : Cheeky Ingelosi

Crédit photo : Cheeky Ingelosi

Crédit photo : Cheeky Ingelosi

Crédit photo : Cheeky Ingelosi

Crédit photo : Cheeky Ingelosi


Retrouvez le travail de Janelia Mould sur son site Internet ou sa page Facebook.

Une grand-mère de 70 ans a nettoyé 52 plages en une année
Partager sur Facebook