Quantcast

Aux États-Unis, des parents payent des coaches 250 dollars de l'heure pour éloigner leurs enfants des écrans

Par Laura H.| 564 partages

Les smartphones et tablettes font désormais partie intégrante de notre vie, et si certains arrivent très bien à vivre avec, certains parents, eux, n’arrivent plus à supporter de voir leurs enfants hypnotisés par les écrans, au point de faire appel à des professionnels.

Depuis que les smartphones et les tablettes sont arrivés dans notre monde, les enfants ne cessent de vouloir jouer avec, et ce dès leur plus jeune âge ! Que ce soit pour les jeux vidéo ou les réseaux sociaux, tous deviennent accros et ne quittent plus les écrans d’une semelle, ce qui inquiète sévèrement leurs parents, au point que certains soient dans l’obligation de faire appel à des professionnels…

En effet, ils souhaiteraient que leurs enfants goûtent un peu à la vie sans téléphones tant l’addiction aux écrans est phénoménale. Et pour cela, ils sont prêts à débourser des sommes conséquentes, afin de s’offrir les services de « coachs anti-écrans », décrit le New York Times.

Des parents américains font appel à des coachs afin d'éloigner leurs enfants des écrans. Crédit : shutterstock/ohishiapply

Et les demandes dans ce domaine sont devenues importantes, certains professeurs se réorienteraient même vers une carrière de coachs !

Une coach anti-écrans venant de Seattle a d’ailleurs indiqué avoir croulé sous les demandes de cours particuliers. Depuis, elle a lancé un institut spécifiquement dédié aux cours pour enfants, qui est désormais équipé de 500 coachs différents. Les séances coûtent l’équivalent de 80 dollars de l’heure dans les petites villes, mais les prix peuvent cependant grimper de 125 à 250 dollars de l’heure dans les villes plus grandes. Les parents signent en moyenne pour un total de douze sessions.

Le résultat : le temps d’une ou plusieurs heures, les parents sont assurés d’isoler leurs enfants des écrans. Le travail de ces coachs n’est pourtant pas si compliqué, ils apprennent aux enfants à se réapproprier des objets du quotidien, à courir davantage, à « jouer avec un ballon » ou même à juste lire un livre.

Selon une étude de Common Sense Media, les enfants passeraient une moyenne de huit heures et sept minutes par jour devant des écrans à des fins récréatives, tandis que les enfants plus aisés, eux, y accordent cinq heures et quarante-deux minutes, d’après cette même étude.

À noter qu'il y a un an, un neuropsychiatre s'était prononcé sur le fléau de l'omniprésence des écrans dans la vie des enfants en bas-âge, afin de donner un avis formel : « pas d'écran du tout avant trois ans ». 

Source : New York Times
Partager sur Facebook