Quantcast

Cette illustratrice imagine de célèbres méchantes des films Disney en petites filles innocentes

Par Mathieu D.| 1 447 partages

Et si les méchantes les plus connues des dessins animés Disney retombaient en enfance ? C’est le thème d’une série d’illustrations que nous vous présentons aujourd’hui.

Cruella, Ursula, la reine de coeur… Ces noms vous sont familiers et pour cause, ils désignent quelques-unes des plus célèbres méchantes de l’univers de Disney.

Quels seraient les dessins animés de notre enfance sans ces sorcières et autres marâtres que l’on aime plus que tout détester.

Souvent impitoyables et maléfiques, on se demande parfois comment ont-elles pu devenir aussi méchantes ? N’ont-elles jamais été de mignonnes petites filles chétives qui ne feraient pas de mal à une mouche ?

Imaginer ces affreux personnages lorsqu’ils n’étaient encore que des enfants, c’est justement l’idée originale de Viviane Dubois.

Dans le cadre d’une série réalisée sur tablette digitale, cette illustratrice de 26 ans a en effet redessiné ces mythiques personnages sous les traits de fillettes innocentes.

On leur donnerait le bon dieu sans confession, n’est-ce pas ? Retrouvez ces dessins originaux mais aussi d’autres créations de l’artiste sur son Tumblr.

1 - Ursula (La petite sirène)

Crédit photo : Tumblr Vivianne Dubois

Crédit photo : Disney

2 - Cruella d'enfer (Les 101 Dalmatiens)

Crédit photo : Tumblr Vivianne Dubois

Crédit photo : Disney

3 - La Reine Sorcière (Blanche Neige)

Crédit photo : Tumblr Vivianne Dubois

Crédit photo : Disney

4 - Maléfique (La Belle au Bois Dormant)

Crédit photo : Tumblr Vivianne Dubois

Crédit photo : Disney

5 - La Reine de Coeur (Alice au Pays des Merveilles)

Crédit photo : Tumblr Vivianne Dubois

Crédit photo : Disney

6 - Javotte et Anastasie (Cendrillon)

Crédit photo : Tumblr Vivianne Dubois

Crédit photo : Disney

7 - Gothel (Raiponce)

Crédit photo : Tumblr Vivianne Dubois

Crédit photo : capture d'écran You Tube

Un athlète kenyan a sacrifié sa course pour aider un coureur qui s'effondrait
Partager sur Facebook