Quantcast

« Les Bretons, c'est la mafia française », la blague d'Emmanuel Macron qui passe mal devant le Pape François

Par Aurélien R.| 2 926 partages

En visite officielle au Vatican, Emmanuel Macron s'est entretenu de longues minutes avec le Pape François. Au moment de présenter sa délégation, le Président de la République a lancé une blague qui ne fut pas du goût de tout le monde.

« Les Bretons, c'est la mafia française » : la petite phrase d'Emmanuel Macron, glissée à l'oreille du pontife, n'est pas passée inaperçue, captée par les caméras. En visite, ce mardi, au Vatican, le chef de l'État a pu y rencontrer le Pape. Pendant près d'une heure, Emmanuel Macron et le chef de l'Église ont pu aborder de nombreux sujets, comme la laïcité, le dialogue interreligieux et surtout de la crise migratoire, sans précédent, que connaît l'Europe.

Puis est venu le moment de la présentation de la délégation. Quand ce fut le tour du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian (ancien maire de Lorient et breton d'origine), Emmanuel Macron indiqua au Pape qu'il « est Breton » puis sortit la petite blagounette qui n'a pas fait rire grand monde.

Les réseaux sociaux dans l'incompréhension

Le ministre, un peu pris au dépourvu et obligé de jouer le jeu de l'humour, précise : « Mais on a une morale ». Le Pape n'a pas bronché à cette plaisanterie. En effet, le pontife est connu pour son implication contre les organisations criminelles et donc son aversion envers la mafia. Alors, comparer les Bretons à une mafia, n'a pas dû lui plaire. Un humour, sûrement, un tantinet trop français.

En revanche, sur les réseaux, la blague du chef de l'État a suscité bien plus de réactions, mais pas forcément positives. En effet, beaucoup de Bretons se sont sentis blessés et trompés par cette phrase.

Trompés, car la semaine dernière, le Président était en déplacement en Bretagne. Cette petite vanne contredit les propos tenus lors de son déplacement où il avait prononcé un discours rendant hommage à la Bretagne et à ses habitants. Un discours qui lui avait valu une ovation des élus locaux.

Une vingtaine de requins bouledogues vont être abattus, après deux attaques en Nouvelle-Calédonie
Partager sur Facebook