Quantcast

Hérault : des détenus lancent une cagnotte pour l'un de leurs surveillants qui vient de perdre sa femme

Par Mathieu D.| 3 003 partages

Des détenus qui créent une cagnotte pour leur « maton » endeuillé. Impossible ? C’est pourtant ce qu’il vient de se passer dans une prison de l’Hérault. C’est la belle histoire du jour.

On le sait, depuis maintenant plusieurs années, l’ambiance n’est pas au beau fixe dans les prisons françaises. Aux problèmes récurrents de longue date, comme la surpopulation, sont venus s’ajouter des problématiques nouvelles liées à la radicalisation de certains condamnés.

Un cocktail explosif qui empoisonne le quotidien des maisons d’arrêt, ne faisant qu’envenimer les rapports entre les prisonniers et l’administration pénitentiaire.

Et pourtant, alors que le dialogue entre « matons » et détenus n’a jamais semblé aussi proche du néant, une très belle initiative qui nous parvient de l’Hérault nous ferait presque mentir.

Des détenus de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone ont ainsi décidé de créer une cagnotte pour venir en aide à Étienne, l’un de leurs surveillants endeuillé par le décès brutal de son épouse.

Crédit photo : Jean-Michel Mart MaxPPP

Âgé de 55 ans, ce dernier vient en effet de perdre sa femme, tragiquement disparue la semaine dernière, et se retrouve veuf avec 4 enfants en bas-âge.

Touché par son deuil, les détenus ont d’abord tenu à lui témoigner leur sympathie en lui adressant un courrier, avant de lancer une cagnotte solidaire financée par leurs deniers personnels. Un acte de solidarité rarissime qui a pu se faire avec l’aval de la direction de l’établissement pénitencier.

Interrogé par nos confrères de France Info sur cette initiative pour le moins inédite, Grégory Jalade (secrétaire interrégional du syndicat FO Pénitentiaire) a tenu à saluer l’action des détenus.

« On a coutume de dénoncer - à juste titre - les agressions que subissent les personnels pénitentiaires, mais nous nous devons aussi de souligner les comportements positifs des personnes détenues lorsque celles-ci montrent de la reconnaissance envers les personnels pénitentiaires », a-t-il ainsi déclaré.

« Nous côtoyons des personnes détenues pendant des années et des années, cela crée des liens qu'on le veuille ou qu'on ne le veuille pas », a-t-il ajouté.

Et le syndicaliste de conclure : « Par cette opération-là, on voit qu'Etienne bénéficie de beaucoup de sympathie de la part de la grande majorité des détenus. C'est quelqu'un de très respectueux et de très respecté dans ses pratiques professionnelles. C'est quelque chose qui me fait extrêmement plaisir pour lui qui vit des moments difficiles ».

Source : France Info
Nous avalons 5 grammes de plastique par semaine, selon un rapport WWF
Partager sur Facebook