Quantcast

Cette vidéo montrant des policiers abattre un chien perdu suscite émoi et indignation

Par Jérémy B.| 44 622 partages

Depuis mercredi soir, une vidéo publiée sur Facebook suscite l’émoi et la colère des internautes. On y voit des policiers municipaux abattre un chien perdu, soi-disant dangereux. Une pétition en ligne a été lancée.

La scène se passe à l’Isle-d’Abeau, une commune située dans l’Isère, mercredi 17 octobre vers 18h30. Des policiers municipaux tentent de maîtriser un chien perdu, un american staff nommé Arkane, avant de lui tirer dessus à plusieurs reprises devant des dizaines de témoins.

« Abats-le, abats-le! Au lieu de le laisser souffrir » crie l’un des policiers à son collègue. Ce dernier s’exécute avec peine puisqu’il tire plusieurs fois. Selon la gendarmerie de l’Isère, les policiers municipaux ont été « agressés par un chien de seconde catégorie » sur la liste des chiens dangereux : « Après avoir tenté de la maîtriser avec une perche, ils font usage à quatre reprises de leur arme ».

Serait-ce donc un geste de légitime défense de la part des forces de l’ordre ? Selon l’auteur de la vidéo, la réalité est toute autre. Il décrit qu’Arkane tournait en rond au niveau d’une avenue depuis moins d’une heure lorsque la police est arrivée : « Il paraissait inoffensif : des familles avec des poussettes, des personnes promenant des chiens passaient devant lui sans qu’il ne réagisse ».

Puis, pendant une demi-heure, les agents ont essayé de le capturer, en vain : « L’un d’entre eux criait, l’autre le suivait avec un lasso. Ils ne savaient pas quoi faire, ils étaient paniqués. Il y a eu un moment où le chien, qui était visiblement très effrayé, a montré les dents. Cela a été suffisant pour que les policiers lâchent la perche et prennent leur arme ».

De son côté, la mairie de l’Isle-d’Abeau se veut plus nuancée sur le comportement des agents : « Eu égard aux risques pour la population et pour les agents sur place, les policiers municipaux se voient contraints de le neutraliser à 18h50 ». Auprès du Dauphiné Libéré, le maire assure, après avoir visionné les vidéos de surveillance, qu’Arkane avait essayé de s’en prendre à un autre chien et qu’il avait mordu la perche tendue par les forces de l’ordre. S’ils ont tiré quatre fois sur l’animal, l’animal n’était pas encore abattu. Il a fallu qu’il soit emmené chez le vétérinaire pour y être euthanasié.

Par ailleurs, Arkane semblait être détenue illégalement par une femme résidente non loin du lieu de l’incident. En effet, la loi impose de déclarer un chien de catégorie 1 ou 2 auprès de la mairie, et de le tenir en laisse et muselé, ce qui n’était pas le cas ici. Une enquête a donc été ouverte par la gendarmerie pour établir les circonstances de l’incident, tandis que la propriétaire sera aussi entendue.

En tout cas, la vidéo a suscité une grande indignation sur les réseaux sociaux et une pétition en ligne a été créée, réclamant des sanctions à l’égard des policiers, qui comptabilise déjà près de 13 000 signatures.

Deux bélugas vont quitter leur bassin chinois pour rejoindre un sanctuaire marin en Islande
Partager sur Facebook