Quantcast

Après 32 ans d'accord international, le Japon va quitter la CBI pour reprendre la chasse commerciale à la baleine

Par Jérémy B.| 21 938 partages

Déjà critiqué pour ses chasses de cétacés à visée scientifique, le Japon compte bien reprendre la chasse commerciale à la baleine et menace de quitter la Commission baleinière internationale (CBI).

Chaque année, le pays du Soleil Levant tue légalement, sous couvert de recherche scientifique, entre 200 et 1200 baleines. De nombreuses fois, le pays s’est distingué par ses tueries de masse de cétacés comme il y a cinq mois où 300 baleines, dont 122 en gestation, avaient été tuées par des pêcheurs japonais.

Cependant, il semblerait que le Japon envisage de ne plus se voiler la face et se remettre réellement à la chasse commerciale, 32 ans après l’interdiction prônée par la CBI. Selon les médias japonais, les autorités avancent l’argument que les baleines menacées d’extinction se seraient rétablies et que la consommation de viande de baleine est une tradition culturelle au Japon.

Le Japon envisage de quitter la CBI pour reprendre la chasse commerciale à la baleine. Crédit photo : Shutterstock / Forrest9

L’Agence japonais de la pêche a déclaré auprès de la BBC que le pays nippon n’avait pas encore pris de décision mais envisageait « toutes les options possibles ». Si rien d’officiel n’est encore annoncé, le média NHK avance que le gouvernement aurait déjà informé les députés de ses intentions et qu’une annonce officielle pourrait avoir lieu la semaine prochaine.

Forcément, cette information fait craindre le pire aux associations de protection de l’environnement à l’instar de l’Australian Marine Conservation Society. Selon elle, le Japon pourrait devenir une « nation de pirates baleiniers » : « Quitter la CBI créerait un précédent très dangereux pour d’autres traités et conventions internationaux. Non content de harponner les baleines, il semble maintenant que le Japon menace de harponner l’avenir de la CBI ».

Source : BBC
La France est championne méditerranéenne des déchets plastiques
Partager sur Facebook