Quantcast

Le réchauffement des océans a été sous-évalué et s'avère bien pire que prévu

Par Mathieu D.| 2 645 partages

Une nouvelle étude alarmante vient démontrer que le réchauffement des océans a été sous-évalué. Celui-ci s’avère ainsi bien plus rapide qu’on ne le croyait.

C'est un bien triste constat que celui dressé par une récente étude, publiée par la revue américaine Science. L’ampleur du réchauffement des océans est ainsi bien pire que ce que les prévisions ne laissaient présager.

Le réchauffement des océans a été sous-évalué et s'avère bien pire que prévu. Crédit photo : Willyam Bradberry / Shutterstock

Les températures océaniques, enregistrées entre 1971 et 2010 dans les couches allant de la surface de l’eau jusqu’à 2 000 mètres de profondeur (zones pélagique, mésopélagique et bathypélagique), ont en effet été revues à la hausse et ce, dans des proportions importantes, à hauteur de 40 %.

Des résultats venant contredire ceux communément admis jusqu’alors, lesquels émanaient d’un rapport scientifique de référence publié par le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) et parrainé par l’ONU.

« 2018 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée »

Fruit d’une collaboration entre quatre équipes scientifiques ayant réalisé chacune une étude différente depuis 2014, cette nouvelle analyse démontre en effet que les précédentes mesures n’avaient pas été assez précises et que les prévisions s’avéraient bien en deçà de la réalité.

Ces quatre études sont ainsi parvenus à la conclusion que le « contenu thermique des océans » - soit l’unité de mesure utilisée pour évaluer le réchauffement - a oscillé entre 0,36 et 0,39 watt par m2 entre 1971 et 2010. Un chiffre qui atteint même les 0,55 à 0,68 W/m2 pour la seule période qui s’étend de 1990 à nos jours.

À titre de comparaison, les estimations précédentes du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) tablaient plutôt sur des mesures comprises entre 0,20 et 0,32 W/m2 pour la période 1971-2010.

« Si vous voulez comprendre où se passe le réchauffement climatique, regardez dans nos océans. Le réchauffement océanique est un indicateur très important du changement climatique, et nous avons les preuves que ce réchauffement va plus vite que ce que nous pensions », explique ainsi Zeke Hausfather de l’Université de Berkeley, qui a participé aux travaux.

« On peut désormais affirmer avec certitude que l’année 2018 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée pour les océans, battant ainsi 2017 », conclu-t-il, pessimiste.

Ces nouvelles mesures plus précises ont été obtenues grâce à l’apport des balises « Argo », utilisées depuis le début des années 2000, qui fournissent des données fiables transmises par satellites.

Source : Science
VIDEO : La justice juge l'État fautif pour son inaction contre la pollution de l'air en Île-de-France, une première
Partager sur Facebook

A découvrir aussi

D'après la science, voici pourquoi on se sent bien mieux après une journée à la plage
46 partages
D'ici 2050, un milliard d'arbres vont être plantés en Australie pour atteindre ses objectifs climatiques
34 676 partages
L'eau de Fukushima, contaminée au tritium, va bientôt être relâchée dans l'océan
5 597 partages
Océanix, le projet de ville flottante futuriste qui pourrait accueillir les réfugiés climatiques
553 partages
La mairie de Paris veut interdire les voitures à essence d'ici 2030
2 290 partages
Un ours polaire parcourt 700 km pour trouver de la nourriture et se retrouve perdu dans un village russe
12 537 partages