Quantcast

« Pouvez-vous annuler tous les pesticides » : la lettre de Jacques, 7 ans, adressée au Président pour en finir avec le glyphosate

Par Justine B.| 5 261 partages

Jacques, 7 ans, est un petit garçon presque comme les autres  : il va à l'école, joue avec ses copains… et écrit des lettres au Président de la République sur son temps libre. L'enfant a en effet envoyé un courrier à Emmanuel Macron pour lui demander « d'annuler tous les pesticides », faisant référence au glyphosate, qui « tue les bêtes ». Ce à quoi le chef d'État n'a pas manqué de répondre.

La lettre de Jacques adressée au Président. Facebook Jennifer Guerard

Jacques n'a que sept ans mais il est déjà bien conscient des enjeux environnementaux. Alerté par le danger que représente le glyphosate pour les animaux et la nature, le petit garçon a écrit une lettre directement adressée à Emmanuel Macron le 30 mai dernier, au lendemain du rejet par l’Assemblée nationale de tous les amendements concernant la sortie du glyphosate dans la loi agriculture et alimentation. Les députés préfèrent attendre qu’une solution sous forme de substituts soit trouvée pour les agriculteurs avant de sortir l’herbicide de la loi.

L'écriture est appliquée et le message clair  : en finir avec ce pesticide qui « tue » les « bêtes sous la terre », explique avec ses mots l'enfant originaire de Montluçon, dans l'Allier. « S'il vous plaît, faîtes quelque chose », interpelle le garçon. Le courrier a été relayé par la maman du petit, pas peu fière de lui  : « Je le suis dans ses idées et son action à 100 % », s'est-elle enthousiasmée. « Et si un enfant pouvait changer le monde… Nous devrions en tirer des leçons. », poursuit cette dernière.

Comment l'idée d'écrire au Président de la République est-elle venue à l'auteur de la lettre  ? Son père, Bruno Guerard, a raconté l'origine de l'histoire à France 3 : « On a une ruche à la maison. L’an dernier, en 2017, on a perdu notre essaim. Et il y a quelques jours, un autre essaim est arrivé. Ce qui a fait la joie de notre petit Jacques. Il s’est dit alors qu’il n’y avait plus de pesticide. Sa maman lui a alors expliqué que si, et que justement l’interdiction du glyphosate n’a pas été évoquée dans le projet de loi agriculture et alimentation ». Jacques aurait alors pris conscience de la situation et demandé à sa maman d’écrire au « Président de la France ».

Le chef d’État n'a pas manqué de répondre à l'appel très mature du petit Jacques, par le biais d'un long message posté sur Facebook le 5 juin et accompagné de la fameuse lettre. « Tu as parfaitement raison, des abeilles, fourmis, taupes, vers de terre et beaucoup d’autres animaux, petits et gros, souffrent de l’utilisation de pesticides », concède Emmanuel Macron. « Ceux qui utilisent les pesticides sont principalement ceux qui travaillent la terre et nous nourrissent avec elle : les agriculteurs », détaille ce dernier avant de rappeler qu'il faut « trouver des solutions pour qu'ils puissent continuer à produire et à vivre de leur travail en n'utilisant pas la glyphosate ».

À la promesse du Président français d'en finir avec l'herbicide tant controversé d'ici trois ans, Jacques rétorque au micro de Quotidien  : « bah moi, je trouve que ça fait trop longtemps à attendre ». La vérité sort de la bouche des enfants...

VIDEO : Cet athlète kenyan sacrifie sa course quelques mètres avant l'arrivée pour venir en aide à un coureur au sol
Partager sur Facebook

A découvrir aussi

Il lance un appel à l'aide sur les réseaux sociaux pour l'anniversaire de son fils autiste et reçoit des lettres du monde entier
756 partages
Ce riche aristocrate de 72 ans est prêt à partager sa fortune... contre un enfant
5 856 partages
Cet agriculteur plante 1 000 arbres et demande pardon pour avoir «usé la terre» intensivement pendant 30 ans
11 102 partages
Pour la Saint-Valentin, cet enfant de 8 ans offre des roses à toutes les filles de sa classe
3 171 partages
À 8 ans, il ne peut pas s'offrir un album Panini et décide alors de créer le sien de A à Z
5 395 partages
Glyphosate : Monsanto condamné à verser 80,8 millions de dollars à un homme atteint d'un cancer rare, une première
1 131 partages