Quantcast

La révélation de la première photo d'un trou noir n'aurait jamais été possible sans une jeune femme diplômée du MIT

Par Mathieu D.| 1 990 partages

Alors que le monde s'extasie aujourd'hui devant la révélation de la toute première photo d'un trou noir, situé à quelque 50 millions d’années-lumière de la Terre, une ex-doctorante du MIT connaît en parallèle une notoriété soudaine, en raison du rôle prépondérant qu'elle a joué dans cette avancée majeure.

À moins de vivre en ermite au fin fond d’une grotte isolée, il était très difficile, voire impossible, hier de passer à côté du dévoilement de la toute première photo officielle d’un trou noir, situé au centre de la galaxie M87 (photo ci-dessous. Un événement très suivi et présenté comme historique par la presse internationale.

Crédit photo : capture d'écran You Tube

Mais ce que le public ignore, c’est que rien n’aurait été possible sans le travail d’une jeune ingénieure américaine qui est devenue en l’espace de quelques heures la coqueluche des réseaux sociaux. Son nom : Katie Bouman.

Âgée de 29 ans, cette dernière n’est autre que la personne à l’origine de l’algorithme ayant permis cet aboutissement majeur dans l’histoire de l’astronomie. Des calculs savants qu’elle a développés lorsqu’elle n’était encore qu’une jeune étudiante en master d’informatique, au sein du très prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology).

C’est grâce à cet algorithme que les 200 chercheurs réunis au sein du projet international baptisé « Event Horizon Telescope » (EHT), ont pu reconstituer l’ensemble des données recueillies par les 8 télescopes utilisés, obtenant ainsi ce premier cliché qui appartient désormais à l’histoire.

Très heureuse lorsque l’image a enfin été révélée, Katie Bouman n'a pu cacher son émotion et a publié dans la foulée une photographie de sa réaction sur sa page Facebook. Un cliché qui a depuis fait le tour du monde, suscitant bon nombre de réactions positives de la part d’internautes admiratifs devant sa formidable contribution au projet.

De son côté, le MIT a également tenu à saluer son ancienne étudiante en publiant une photo de cette dernière. Sur ce cliché, Katie Bouman prend la pose devant une cinquantaine de disques durs contenant une partie des données mesurées par les radiotélescopes, qui ont immortalisé le trou noir.

Une photo accolée à celle de Margaret Hamilton, une autre illustre étudiante de l’institution, qui conçut jadis le système embarqué du programme spatial Apollo.

Pour la petite histoire, sachez que les données obtenues par le projet EHT étaient beaucoup trop volumineuses pour être transmises via Internet. C’est donc par… avion que la demi-tonne de disques durs contenant 5 petaoctets - soit 5 000 To ou 5 millions de Go - a pu être envoyée à l’observatoire Haystack du MIT, afin d’être déchiffrée.

Source : 20 Minutes
L'acteur Jason Momoa pousse un coup de gueule contre deux pêcheurs qui se sont filmés à couper la queue d'un requin
Partager sur Facebook