Quantcast

En repeignant les maisons de son village déserté, cet homme de 97 ans empêche sa démolition

Par Mathieu D.| 2 438 partages

Partons aujourd’hui à Taïwan à la découverte de celui que l’on surnomme « papy arc-en-ciel », un nonagénaire qui a sauvé son village de la destruction grâce à la peinture… Une rencontre toute en couleur !

À 97 ans, Huang Yung-fu est un homme heureux ! Menacé un temps de démolition en raison d’un projet immobilier, son village qu’il chérit tant et dont il est le dernier habitant, a finalement été sauvé. Et tout ça grâce à lui !

Crédit photo : pedphoto36pm / Shutterstock

Il y a 10 ans, alors qu’il était déjà l’unique résident des lieux, il est approché par des promoteurs qui souhaitent construire un grand lotissement d’appartement modernes, à l’emplacement du village.

Ces derniers lui offrent donc de l'argent afin qu’il renonce à sa petite maison mais l’idée lui est insupportable. En effet, cette maisonnette est la seule qu’il n’a jamais connue depuis son arrivée sur l’île de Formose, où il s’est établi après avoir fui sa Chine natale - tombée aux mains des communistes en 1949 - comme la plupart des partisans du Kuomintang, le parti nationaliste chinois.

Logé à son arrivée dans un campement de fortune qui est peu à peu devenu un véritable village, il a finalement fini par s’y établir définitivement.

Hors de question donc d’abandonner son bien le plus précieux ! Inquiet à l’idée d’être délogé de force ou, pire, de voir son village rasé, il a donc décidé à l’époque de peindre les façades des maisons environnantes, afin de faire perdurer le souvenir de ce lieu déserté mais empreint d’histoire et de souvenirs.

« Quand je suis arrivé ici, le village comptait 1 200 foyers et nous étions tous assis et parlions comme une grande famille. Mais tout le monde est parti ou est mort et je me suis senti seul », a-t-il ainsi raconté à la BBC.

D'abord, il a peint un petit oiseau sur sa petite maison, puis des chats, des oiseaux et s’est ensuite attaqué aux autres bâtisses. Son petit manège artistique a progressivement attiré l’oeil des passants curieux.

En 2010, un étudiant d’une l'université locale, touché par l’histoire de Huang, lui promet de l’aider dans son combat contre la destruction du village, après lui avoir rendu visite.

Ce dernier lance ainsi une vaste collecte de fonds ainsi qu’une pétition en ce sens, tout en contribuant à faire connaître cette histoire touchante, en publiant de nombreux clichés des façades colorées, peintes par Huang Yung-fu.

Et ça marche ! La nouvelle se répand vite et Huang obtient de nombreux soutiens, gagnant au passage le surnom affectueux de « Rainbow Grandpa » (« Papy arc-en-ciel »), que tout le monde connait désormais à Taïwan. Mieux, le village est devenu un haut lieu touristique qui attire plus d'un million de visiteurs chaque année.  

Un succès inespéré qui a permis à Huang d’obtenir gain de cause de la part du gouvernement, lequel lui a promis que le village ne serait pas détruit et qu’il pourrait garder sa maison.

Découvrez le village coloré de « Rainbow Grandpa » :

Crédit photo : Phuong D. Nguyen / Shutterstock

Crédit photo : Phuong D. Nguyen / Shutterstock

Crédit photo : Phuong D. Nguyen / Shutterstock

Crédit photo : asiastock / Shutterstock

Crédit photo : Ronnie Chua / Shutterstock

Crédit photo : asiastock / Shutterstock

Crédit photo : asiastock / Shutterstock

Crédit photo : asiastock / Shutterstock

Cet athlète kenyan sacrifie sa course quelques mètres avant l'arrivée pour venir en aide à un coureur au sol
Partager sur Facebook

A découvrir aussi

Officiellement éteinte, la panthère de Formose aurait pourtant été aperçue pour la première fois depuis 36 ans à Taïwan
8 897 partages
Taïwan devient le premier pays d'Asie à légaliser le mariage gay
6 067 partages
Elle se photographie avec son fils chaque année devant la photo de l'année précédente
15 611 partages