Quantcast

Un joggeur jette les affaires d'un sans-abri dans un lac aux États-Unis et crée l'indignation

Par Justine B.| 474 partages

Un passant qui se débarrasse des affaires d'un sans domicile fixe. Cela est à peine croyable et pourtant, bien réel. Alors qu'il faisait son jogging le 8 juin dernier, un homme s'est arrêté net pour… jeter les effets personnels de Drew, un sans-abri qui vit depuis près d'un an et demi au bord du lac Merritt, à Oakland, en Californie.

Capture vidéo John Harris JJ

La scène glaçante a été filmée par John Harris, un réalisateur local, avant d'être postée sur son compte Facebook. On y voit le joggeur torse nu regrouper les quelques affaires éparpillées du SDF, qui n'est pas présent à ce moment-là, pour les balancer à l'eau. « Que faites-vous ? », lui demande celui qui capture l'instant. « Ce ne sont pas vos affaires », « arrêtez », tentent de le raisonner les autres personnes présentes.

Mais rien n'y fait. L'homme, qui dit ne pas connaître le propriétaire des affaires, semble vouloir mettre de l'ordre à tout prix. « C'est dégoûtant », lance-t-il. « Regardez ça, il y en a partout. Je ramasse les poubelles », se justifie-t-il, visiblement las de voir au sol le peu dont Drew dispose. « Ça n'a aucun sens, c'est vous qui avez tout dispersé  ! », lui rétorque-t-on. « Arrêtez », « quel est votre problème ? », s'insurgent les passants, tandis que le joggeur continue de jeter les couvertures, vêtements et autres objets de première nécessité, à la poubelle cette fois.

L'identité de l'homme n'a pas tardé à être révélée et un torrent de commentaires injurieux à son encontre a été déversé. L'histoire est devenue absolument virale aux États-Unis, à tel point qu'un hashtag - #JoggerJoe - a été lancé, pour mieux dénoncer l'acte et le manque de compassion de cet Américain de 30 ans. Ce « bad buzz » témoigne des effets de l'embourgeoisement d'Oakland. Cette ville située dans la baie de San Francisco a longtemps été mal réputée en raison de son taux élevé de criminalité, mais attire de plus en plus les jeunes cadres dynamiques de la Silicon Valley pour qui San Francisco est trop chère, transformant ainsi le profil du quartier et faisant se confronter des personnes issues de milieux sociaux extrêmement différents.

La police a été avertie de la situation et s'est rendue sur les lieux, tandis que l'homme était déjà reparti poursuivre tranquillement son jogging. « Ils ont dit qu'ils ne pouvaient rien faire parce que les effets personnels du sans-abri sont considérés comme des débris », écrit John Harris, avant d'ajouter que l'homme pourrait simplement « recevoir une amende ». Ce dernier a finalement été arrêté et va être jugé pour vol aggravé, après être étrangement revenu le lendemain au lac pour y sortir les affaires jetées. Interrogé par un passant qui le reconnaît, il a pris peur et lui a volé son téléphone avant de s'enfuir avec, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

Une cagnotte en ligne a été lancée le 10 juin pour permettre au sans-abri de se procurer de nouvelles affaires. La mobilisation est très forte  : en quatre jours, plus de 500 personnes ont fait un don pour aider Drew. Près de 12 000 dollars ont ainsi été récoltés, un montant nettement supérieur à l'objectif fixé, qui était de 3 000 dollars.

Drew (au milieu) accompagné de John Harris (à droite). Crédits John Harris

Nous avalons 5 grammes de plastique par semaine, selon un rapport WWF
Partager sur Facebook