Quantcast

Un photographe crée des combinaisons de mouvements infinies en fusionnant des centaines de photos

Par Timothy G.| 359 partages

L’artiste américain Pelle Cass a lancé un projet original intitulé "Crowded Fields" où il parvient à compiler des photos pour mettre en scène un fantastique chaos dans le monde du sport.

Pelle Cass pratique la photographie depuis près de cinquante ans. Son style, très éclectique, comprend aussi bien des portraits de rue, des selfies, des natures mortes ou encore des sujets abstraits.

Un photographe crée des combinaisons de mouvements infinies en fusionnant des centaines de photos. Crédits photo : Pelle Cass

Il travaille depuis ces dernières années sur un projet intitulé "Crowded Fields", qui signifie littéralement "terrains bondés", où il s’est rendu dans des terrains de sport municipaux pour immortaliser des sportifs.

Pelle Cass prend des centaines de photos d’une même scène pendant deux heures. Puis il les compile sur un seul et unique cliché après de nombreuses heures sur Photoshop. « Je ne change rien, pas un pixel, seulement choisir ce qu’il faut garder et ce qu’il faut omettre. Tout s’est passé comme vous le voyez, mais pas en même temps », explique-t-il.

Ses clichés reflètent une mise en scène chaotique, à la manière d’un timelapse, et une photo peut parfois condenser une heure de match dans un seul cliché. « J’ai toujours été fasciné par le corps en mouvement et l’étrangeté du temps. Pour réaliser mes compositions, je mets mon appareil sur mon tripod, prend énormément de photos, puis je combine les silhouettes sélectionnées en une seule photographie finale. »

Le processus de création prend du temps mais le résultat final est à couper le souffle. Il parvient à transmettre un sentiment de chaos où le rythme et le corps humain ne font qu’un.

On vous laisse découvrir son travail unique sur son site et sur son compte Instagram.

Crédits photo : Pelle Cass

Crédits photo : Pelle Cass

Crédits photo : Pelle Cass

Crédits photo : Pelle Cass

Crédits photo : Pelle Cass

Crédits photo : Pelle Cass

Source : Pelle Cass
Partager sur Facebook