Quantcast

Cet hôpital utilise son propre potager bio pour cuisiner ses plats : une excellente idée afin de sensibiliser ses patients à manger sainement. Bravo !

Par Olivia K.| 612 partages
Les Américains sont de plus en plus nombreux à souffrir d’obésité. Face à ce triste fléau, l’hôpital de Lankenau a souhaité apporter sa pierre à l’édifice en faisant comprendre à tout un chacun que bien manger est possible, à condition de le vouloir... en construisant une ferme biologique au sein de l’établissement.
@Lankenau Medical Center
Ces dernières décennies, aux États-Unis, l’obésité a été le problème de santé le plus invoqué par les malades. Malgré de nombreux efforts pour inciter les Américains à perdre du poids, le mal ne cesse de s’aggraver de l’autre côté de l’Atlantique.

En effet, d’après les recherches menées en juin 2016 par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention) et publiées dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), 40% des femmes et 35% des hommes sont touchés par la maladie. Des chiffres considérables qui ne manquent pas de faire réfléchir les professionnels de la santé sur d’éventuelles solutions.

Face à ce lourd constat, le personnel de l’hôpital de Lankenau, situé en Pennsylvanie, aux États-Unis, a décidé en 2015 de créer une ferme 100% biologique afin de sensibiliser ses patients à l’importance de bien manger.
La « Deaver Wellness Farm » se situe directement sur le terrain de l’hôpital : les patients peuvent ainsi assister à la croissance des fruits et des légumes en temps réel, au détour de promenades ensoleillées.

Ce potager 100% bio permet aux patients de l’hôpital de déguster chaque jour des produits frais et sans pesticides. Dans cet établissement unique, la nourriture saine est une véritable religion, un mode de vie que les membres du personnel tentent de faire adopter dans un cadre bienveillant. Accompagné des professionnels de Greener Partners, une association locale spécialisée dans la construction de fermes biologiques chargée de faire évoluer le projet dans les meilleures dispositions techniques, le personnel mène à bien cette initiative florissante.

Mais ce n’est pas tout : le personnel de l’hôpital et l’association, conscients que les populations les plus sujettes à l’obésité sont celles qui sont les moins informées sur les réels dangers d’une mauvaise alimentation, ont également souhaité sensibiliser patients et visiteurs en organisant des ateliers pédagogiques bien spécifiques afin d’élever les consciences.
@Lankenau Medical Center

Qu’avons-nous réellement dans notre assiette ? Comment bien cuisiner les légumes qui sont dans notre potager ?
Telles sont les questions abordées au cours de ces heures dédiées à l’art de bien manger, où de nombreuses recettes sont réalisées en direct, devant une assemblée de patients et de visiteurs curieux. Lors de ces séances, les spécialistes prennent également le temps d’identifier les valeurs nutritionnelles de chaque ingrédient présent dans un mets cuisiné. Aussi, les médecins de l’hôpital utilisent eux aussi les produits des récoltes pendant les consultations afin de montrer à celles et ceux qui le veulent bien les clés d’une bonne alimentation.

À l’heure actuelle, l’initiative a — c’est le cas de le dire, porté ses fruits. Plus de 4000 livres (soit 1800 kg) d’aliments bio ont été consommés par les patients, et les rendements, largement supérieurs aux attentes, ont convaincu les membres du personnel d'augmenter la production des fruits et légumes. L’élargissement des parcelles dédiées à la ferme biologique fait également partie des nombreux projets du personnel de l’hôpital.
@Lankenau Medical Center
Par ailleurs, l’établissement fournit des tickets permettant la consommation d’aliments sains aux patients qui sont dans la nécessité. Ces coupons peuvent être utilisés chez plus de 30 agriculteurs de la région : un geste exemplaire, qui devrait nous inspirer à mener des projets similaires !
Cet athlète kenyan sacrifie sa course quelques mètres avant l'arrivée pour venir en aide à un coureur au sol
Partager sur Facebook