Quantcast

Malgré qu'il soit aveugle et quasi sourd, il parcourt le monde depuis plus de 17 ans

Par Clément P.| 2 911 partages

Non, avoir un handicap n’empêche pas de voyager, au contraire, cela peut même devenir une force. Il y a quelque temps, nous vous parlions d’une jeune française qui a fait le choix de découvrir le monde malgré sa sclérose en plaque, ou encore d’une Américaine qui parcourt de nombreux pays en dépit de sa jambe amputée. Aujourd’hui, le globe-trotteur que Jetlag vous présente fait aussi partie de cette catégorie de gens particulièrement inspirants.

Crédit photo : Facebook / Tony the Traveller

Il s’appelle Tony Giles et sillonne la planète depuis de nombreuses années, 17 exactement. Originaire d’une petite ville proche de Bristol, dans le sud-ouest de l’Angleterre, il peut notamment se targuer d’avoir visité plus de 125 pays. Pourtant, à 40 ans, il souffre de plusieurs handicaps qui auraient pu faire de sa vie un cauchemar. En effet, Tony est aveugle et sourd à 80% des deux oreilles. Et pour ne rien arranger, il a également subi une transplantation rénale en 2008.

Mais croire que ces problèmes de santé pourraient le priver de ses rêves, c’est mal connaître Tony. Sa force de caractère le pousse sans cesse à aller plus loin et à poursuivre ses différents périples. Grâce à elle, il s’est déjà rendu sur les 7 continents, a expérimenté les 50 États des États-Unis, a vu le cercle polaire, tous les pays sud-américains et les 10 provinces canadiennes. Rien que ça !

La preuve que quand on veut, on peut. Pour sa persévérance, pour l’exemple et l’espoir qu’il donne au monde entier, Tony Giles mérite sans doute d’être qualifié de héros. L’un de ceux permet de se rendre compte que tout est possible tant qu’on s’en donne les moyens. D’autant plus qu’en faisant le choix de voyager seul, il n’a vraiment pas opté pour la facilité. C’est ce qu’il a expliqué à nos confrères britanniques de la chaîne BBC, qui lui avait dédié un documentaire en décembre dernier : « je voyage seul car c’est le plus grand défi auquel je puisse être confronté, et je voyage seul car ça me permet d’interagir avec plus de gens. Si je voyageais avec quelqu’un, en particulier quelqu’un de voyant, il ferait tout le travail, il me guiderait, et je n’aurais pas l’occasion de toucher autant de choses, de trouver autant de choses comme je le fais par moi-même. »

Crédit photo : Facebook / Tony the Traveller

Dans le même reportage, il parle sa première fois seul loin de chez lui, c’était dans la ville américaine de la Nouvelle Orléans, et il s’en rappelle comme d’un moment déroutant et très effrayant, qu’il a finalement réussi à surmonter. Il raconte : « la Nouvelle Orléans est la première ville où je me suis rendu tout seul. J’étais dans une ville étrangère tout seul. Je ne savais pas où j’allais, j’étais aveugle et pétrifié. Alors j’ai pris quelques profondes respirations et je me suis dit : 'Tony, c’est ce que tu veux. Si ce n’est pas ce que tu veux, rentre à la maison.' J’ai repris de profondes inspirations, j’ai tourné à gauche, j’ai marché jusqu’en bas de la rue, et on connaît la suite. Il faut savoir être patient, on se perd tout le temps. »

Vous avez aimé l’histoire incroyable de Tony Giles ? Son courage et sa détermination sans limite vous ont touché ? Inspiré ? Alors rendez-vous sur sa chaîne YouTube, sa page Facebook ou encore son site officiel pour suivre ses aventures au quotidien. Vous en apprendrez plus sur lui et aurez l’occasion de faire partie de ses voyages.

En tout cas, un grand bravo à lui !

Crédit photo : Facebook / Tony the Traveller

Crédit photo : Facebook / Tony the Traveller

Partager sur Facebook